SILENCE

J'ai trop aimé J'ai trop aimé, j'ai trop souffert Trop perdu ce qui m'était cher Je n'en peux plus respirer l'air Et j'habite au fond d'une mer Une mer faite de mes larmes Où silences sont les vacarmes Où pourrissent de vieilles armes Et dont l'amertume a ses charmes SILENCE - 100x100 - 2016 -  Accompagne un texte de J. Cocteau (J'ai trop aimé - Cf. Clair-obscur).

J’ai trop aimé
J’ai trop aimé, j’ai trop souffert
Trop perdu ce qui m’était cher
Je n’en peux plus respirer l’air
Et j’habite au fond d’une mer
Une mer faite de mes larmes
Où silences sont les vacarmes
Où pourrissent de vieilles armes
Et dont l’amertume a ses charmes
SILENCE – 100×100 – 2016 – Huile, vernis, pigment.
Accompagne un texte de J. Cocteau (J’ai trop aimé – Cf. Clair-obscur).

MICROCOSME

"L'homme en tant que résumé, synthèse et splendeur du monde avec lequel on peut établir des correspondances terme à terme, à l'intérieur de cette analogie générale". Entre homme et monde. Homme et entreprise.2016 – « L’homme en tant que résumé, synthèse et splendeur du monde avec lequel on peut établir des correspondances terme à terme, à l’intérieur de cette analogie générale » entre homme et monde. Homme et entreprise.